Au revoir les amis

Vendredi 21 avril

 

Matinée consacrée à la visite de l’habitation Murat. Cette ancienne sucrerie, avec ses 200 hectares de parc, employait à son apogée plus de 300 esclaves et était considérée comme la plus grande plantation de canne de tout l’archipel. L’habitation a été réhabilitée en écomusée avec, à ses côtés, un jardin de plantes médicinales. Dans un restau très fleuri, nos hommes dégustent une spécialité local ; le bébélé (soupe à base de tripes et de légumes coupés en très petits morceaux). Finalement nos amis décident de rester deux jours de plus pour profiter de l’île. Super !

Samedi 22

C’est parti pour le sentier des Sources ; 2h de marche. Nous arrêtons une voiture pour demander notre chemin et tombons sur un couple, anciens voisins de nos amis, qui nous invitent à passer les voir dans l’après midi. La ballade est très agréable entre forets, pâturages et rivière. Le ciel est menaçant, il fait lourd mais nous sommes contents de marcher et la pluie nous épargne. Allons manger dans un pittoresque lolo à Grand-Bourg puis rendons visite aux gens rencontrés ce matin. Ils nous font visiter leur terrain planté d’arbres fruitiers et nous offrent des bananes des abricots pays (photo) et des œufs. Rencontre aussi inattendue que sympathique. A 16h nous rendons la voiture. Ces 4 jours de bourlingage en si bonne compagnie vont nous laisser un super souvenir. Nous avons découvert Marie Galante, tranquille et sereine avec toujours des visages souriants et ouverts. Il fait déjà nuit quand un petit trimaran jaune nous accoste. C’est Patrick et un de ses collègue (propriétaire d’un bateau comme le notre et rencontré l’an passé) qui viennent nous saluer. Cela nous fait très plaisir et rendez vous est pris pour la semaine prochaine.

Dimanche 23

Il pleut dru. Nous partons en annexe car aujourd’hui Nadelyne et Rémy nous offrent  le restaurant pour leur dernière journée sur l’île. Très bon et très chaleureux. Nous échangeons nos adresses, nos recettes et nos projets en se promettant de se revoir…

Vendredi 21 avril

 

Matinée consacrée à la visite de l’habitation Murat. Cette ancienne sucrerie, avec ses 200 hectares de parc, employait à son apogée plus de 300 esclaves et était considérée comme la plus grande plantation de canne de tout l’archipel. L’habitation a été réhabilitée en écomusée avec, à ses côtés, un jardin de plantes médicinales. Dans un restau très fleuri, nos hommes dégustent une spécialité local ; le bébélé (soupe à base de tripes et de légumes coupés en très petits morceaux). Finalement nos amis décident de rester deux jours de plus pour profiter de l’île. Super !

Samedi 22

C’est parti pour le sentier des Sources ; 2h de marche. Nous arrêtons une voiture pour demander notre chemin et tombons sur un couple, anciens voisins de nos amis, qui nous invitent à passer les voir dans l’après midi. La ballade est très agréable entre forets, pâturages et rivière. Le ciel est menaçant, il fait lourd mais nous sommes contents de marcher et la pluie nous épargne. Allons manger dans un pittoresque lolo à Grand-Bourg puis rendons visite aux gens rencontrés ce matin. Ils nous font visiter leur terrain planté d’arbres fruitiers et nous offrent des bananes des abricots pays (photo) et des œufs. Rencontre aussi inattendue que sympathique. A 16h nous rendons la voiture. Ces 4 jours de bourlingage en si bonne compagnie vont nous laisser un super souvenir. Nous avons découvert Marie Galante, tranquille et sereine avec toujours des visages souriants et ouverts. Il fait déjà nuit quand un petit trimaran jaune nous accoste. C’est Patrick et un de ses collègue (propriétaire d’un bateau comme le notre et rencontré l’an passé) qui viennent nous saluer. Cela nous fait très plaisir et rendez vous est pris pour la semaine prochaine.

Dimanche 23

Il pleut dru. Nous partons en annexe car aujourd’hui Nadelyne et Rémy nous offrent  le restaurant pour leur dernière journée sur l’île. Très bon et très chaleureux. Nous échangeons nos adresses, nos recettes et nos projets en se promettant de se revoir

 

Les baleines !!!

Jeudi 20 avril

Le temps est bien dégagé. Alors que nous admirons la spectaculaire Gueule Grand Gouffre, au nord de l’île, surgissent des flots dans un festival d’écume, de geysers et de bonds, une baleine et son petit. Enfin les voilà ! Nous sommes comblés, juste un peu loin pour les photos ! Après cet émouvant spectacle une heure de marche sur le sentier de l’Anse à Coq pour se dégourdir les jambes puis resto sympa. Nous passons voir le vieux moulin de Bézard en empruntant de pittoresques routes de campagne, rejoignons la distillerie Bellevue, fermée l’après midi, puis la distillerie Bielle. Soirée sur le bel Alu Bis, voilier de nos amis Suisses

.

Nos voisins suisses

Mercredi 19 avril                      

Nos voisins suisses ont loué une voiture pour trois jours et nous proposent de les accompagner. Nous visitons la distillerie du Père Labat qui est très artisanale par rapport à ce que nous avons déjà vu. La visite est libre. J’ai noté pour vous la différence entre le rhum agricole et le rhum traditionnel, le premier est fabriqué avec le jus de canne mis directement en fermentation, le second avec la mélasse (jus de canne concentré dans lequel une grande partie du sucre a été extraite). Ballade dans les ruines de l’habitation Roussel Trianon. Arrêt à la maison de l’indigo, tenue par une femme passionnée et passionnante. A pied nous parcourons la boucle des Galeries avec passages à flanc de falaises sur des roches acérées qui incitent à la plus grande prudence, c’est sauvage et bien sûre nos chaussures ne sont pas adaptées ! Baignade enfin à la superbe plage de la Feuillère.

Marie Galante

Samedi 15 avril

J’ai réussi à convaincre Gil de partir pour Marie Galante. Le ciel est gris, la mer anthracite mais pas de vague et peu de vent. La ligne de traine nous suit gentiment quand, soudain elle se tend, et l’on voit bondir hors de l’eau une masse jaune de belle taille. Gil enfile un gant, je sors le harpon, et avec mille précautions pour ne pas effaroucher la bête, nous remontons la ligne. Suspens… Mais c’est nous qui nous retrouvons bêtes devant un tas d’algues accrochées à l’hameçon! Juste après,  s’avance sur nous un gros grain qui nous englouti d’un coup, nous profitons du spectacle et fonçons dans la grisaille. L’île se découvre partiellement quand nous arrivons à St Louis, nous avons juste le temps de mouiller et la pluie s’abat de nouveau. Il faut moins d’une minute pour que se remplisse une bouteille d’eau. Qu’elle chance ! Sur le soir, le paysage se dévoile, les Saintes et la Guadeloupe surgissent du néant et, nous ne sommes pas seuls !

Dimanche 16

A terre nous trouvons la boulangerie et l’épicerie ouvertes. Natation. Sous le bateau ; un champ d’oursins.

Lundi 17

Météo France diffuse le même bulletin qu’hier ! Nous trouvons l’œuf de Pâques que M Claude avait soigneusement caché. Il est en nougat mou, mou, mou, mais délicieux… A la tombée du jour, un vol d’hirondelles s’abat sur le bateau. Elles sont une cinquantaine, tous les cordages à l’avant en sont couverts. Quand je les chasse d’un côté, elles reviennent de l’autre. Il faut vraiment que j’insiste pour qu’elles se décident enfin à aller dormir ailleurs. Pluie…

Retour au Gosier

Vendredi 7 avril

Retour au Gosier. Le vieux voilier en bois, à côté duquel nous avions l’habitude de mouiller, a coulé. Son mât, penché, dépasse largement de l’eau, c’est triste à voir. C’est la troisième épave dans ce coin de lagon. Au moment de partir pour le marché, la pluie se met à tomber, nous renonçons.

Samedi 8 ……

Je commence à nettoyer la coque mais mon exemple laisse Gil indifférent… Rien de spécial, baignade, lecture, roulis, temps gris et changeant. Une tourterelle vient se reposer 1heure sur le pont du bateau, je ne sais pas pourquoi, la terre est pourtant toute proche. La lune, pleine, me fait de l’œil par le hublot de la couchette.

Jeudi 13

Nettoyage de la coque ; 2h. C’est fatigant mais cela nous permet de faire un peu d’exercice

Vendredi 14

Météo France en grève ! Nettoyage de la coque ; 2h. En dessous de nous, une bande de poissons argentés profite de l’aubaine, des holothuries paressent et un poisson-lion parade, toutes voiles dehors. Il n’y a pas de vent, les sargasses ont envahi mer et plages. En fin d’après-midi nous partons pour le marché, mais personne ! Il est vrai que nous sommes l’avant-veille d’un jour férié ! Seule l’église est ouverte.

Brumes sahariennes

Dimanche 2 avril

Brume saharienne. Ce matin des pêcheurs ont fait le spectacle en jetant leur filet entre les voiliers. En annexe, nous contournons l’îlet pour atteindre la petite plage déserte que nous affectionnons particulièrement, mais il y a un peu trop de rouleaux et de courant pour M C. Nous retournons à l’abri de la côte pour une balade sous-marine moins mouvementée. MC dessine toujours.

Lundi 3

La brume de sable sévit toujours, estompant le paysage. Nous avions décidés de partir, mais nous sommes tellement bien ici ! Depuis le village nous marchons jusqu’à la plage de Pompière. Pique nique sous la cocoteraie, petite aquarelle, papotage avec des gens sympas, repos, un vrai délice… La température de l’eau est idéale. Glaces au retour et rebaignade au bateau. M Claude à encore acheté des cartes postales !

Mardi 4

Traversée tranquille, mer calme mais pas de baleine ! Nous retrouvons le Gosier sous une belle lumière. Aquarelle de l’épave du bout de la plage, baignade. Les voisins viennent nous rendre visite, nuit très calme. M C savoure chaque instant, elle resterait bien un peu plus.

Mercredi 5

Pointe à Pitre, quai 6. Vite,  poster les cartes postales, acheter quelques derniers souvenirs et chercher la voiture au lagon. Nous retrouvons Didier et Nathalie qui nous offrent l’apéro sur leur bateau. Puis dernière soirée en famille à déguster des crêpes bretonnes.

Jeudi 6

Pour rentabiliser la voiture, Gil et moi partons au super marché refaire l’avitaillement pendant que sœurette tente de tout faire rentrer dans ses bagages. Nous l’accompagnons à l’aéroport puis, du bateau, regardons passer son avion au dessus de nous jusqu'à ce qu’il disparaisse dans les nuages. Lessives et soirée sur Gwadnat

Les Saintes Ilet à Cabrit

Vendredi 31 mars

Nous partons en annexe pour faire découvrir le village à M Claude. J’en profite pour rendre visite au pêcheur de langoustes qui me dit qu’il va relever ses casiers demain. Ceux-ci sont posés entre 40 et 60m de fond. Après le bain, promenade vespérale sur l’îlet.

Samedi 1° avril

Balade sous-marine avec sœurette. Nous surprenons, entre autre, deux murènes et un poisson coffre. Elle est ravie ! A 1h les pêcheurs viennent nous amener 3 belles langoustes que nous dégustons sur le champ, après avoir demandé de la mayonnaise au voilier voisin. Langoustes d’avril, un délice !!! Promenade du soir, nous admirons le coucher de soleil puis le ciel étoilé. Tout est si calme…

Lisa me croque

Mercredi 29 avril

Lisa me « croque » au petit déjeuné, le résultat est très ressemblant. Sa valise est bouclée, elle nous emmène à l’aéroport et s’envole en nous laissant tout triste, mais son carnet de croquis est plein de souvenirs… Balade sur l’esplanade du Mémorial Act pour montrer à M C cette belle architecture de fer et de glaces.

Jeudi 30

La mer est calme, il fait beau, M Claude n’est pas malade, tout est parfait. Nous naviguons sous voiles et moteur en évitant les nombreux casiers qui encombrent notre route. Quatre heures plus tard nous atteignons les Saintes. Une place nous attend à l’abri de l’îlet à Cabris et tout devient calme. Magnifique nuit étoilée. Ici le chant des criquets remplace celui des grenouilles.

Syndiquer le contenu