août 2011

Grate grate.

Mercredi 27

Après avoir dit au revoir aux copains, nous levons l’ancre. Mais avant d’en arriver là, il nous fait nettoyer à la brosse et à coup de seaux de mer, la chaîne que l’on devine à peine sous sa gangue d’algues. 40m, c’est long ! Enfin, Jiloumé retrouve le large et fonce jusqu’à Picadera bay. Avec son entrée discrète qui zigzag entre deux collines, la baie est invisible de la mer, repaire idéale pour les corsaires hollandais qui hantaient ces lieux. Nous mouillons devant le petit chantier qui porte le pompeux nom de Royal Marina. L’eau est boueuse mais quel calme ! Le vent charrie parfois un relent de la raffinerie de pétrole toute proche, mais qui n’est  rien comparé à la puanteur que dégage notre chaîne et son purin d’algue fétide.

Jeudi 28

Déception, le patron du chantier ne rentre que demain du Venezuela où il est allé se faire opérer (à moins que ce ne soit sa mère !!!). Sans lui pas de mise à terre, nous devons attendre lundi. Promenade sur les chemins très sales qui entourent le chantier.

Vendredi 29

Nous pensions être deux sur notre bateau, mais non, nous découvrons une colonie prospère d’acariens sous notre matelas. Nous sommes peut être plus de mille !!!! Ménage, ménage….

Samedi 30

Changement de programme. A 10h le bateau sort de l’eau et les crabes sont bien étonnés de se retrouver dans les airs. Nous aussi, quand on nous demande 100 NAF de plus parce que l’on est samedi ! Sitôt posé, deux hommes s’activent avec le karcher pour nettoyer la coque. A nous de jouer maintenant. Bon anniversaire Gilou !

Dimanche 31

Nous gratons.

Lundi 1°

Nous gratons.

Mardi 2

Nous gratons…Un allemand charitable nous prête sa mini ponceuse. Les coquilles sont toujours là, un peu moins épaisses. Ce sont nos mains qui s’usent ! Les copains d’Aspasia viennent apporter une bouteille de Curaçao à Gilles pour son anniversaire, c’est gentil !

Mercredi 3

Nous passons enfin l’anti-fouling à bâbord le matin, à tribord l’après midi. Nous sommes épuisés, il fait très lourd. Un orage d’une violence inouïe éclate à la tombée du jour, il fait bon être à terre.

Jeudi 4

L’orage a lavé tout le travail d’hier, tout le côté tribord sera à refaire ! Je suis découragée. Nous attaquons la peinture bleue d’un côté. Il faut cacher avec du scotch les feuilles qui resteront telles qu’elles sont. C’est besin !! Nous guettons les nuages avec angoisse ! Je vais m’arrêter là d’écrire, trop de travail, de fatigue et de chaleur, et puis vous êtes tous en vacances alors profitez en bien et à très bientôt. Retour prévu le 7 novembre, bises à tous.