février 2013

BBQ

Dimanche 17 février

Nous emmenons l’annexe sur le ponton pour la nettoyer et essayer de trouver la fuite. Quand nous la retournons, horreur ! La couche de cochonnerie qui la recouvre est d’au moins 5 cm. Spectaculaire ! Je regrette de ne pas avoir d’appareil photo ! Nous gratons à la spatule, puis à la brosse, puis à l’éponge métallique. Nous trouvons la fuite grâce au produit vaisselle. Ce sont les bandes sur les coutures qui se sont décollées. Nous la ramenons sur le pont du bateau et essayons de recoller tout ça.  Gros problème avec nos bouteilles de camping-gaz. Depuis une semaine, tous les jours, nous allons au super marché qui assure la liaison avec l’usine de gaz. Nous essayons toutes les astuces possibles, fournissons tous les embouts à notre disposition, mais pas moyen ! Chaque soir l’employé revient avec nos bouteilles vides. Restriction donc, en attendant de trouver l’idée qui nous sortira de l’impasse.

Mardi 19

Catherine et René nous emmènent en annexe pour pique-niquer sur la plage en face de la marina. Ils ont acheté un morceau d’espadon que l’on fait griller au feu de bois. Pastis, melon, tomates et biscuits complètent ce repas. Très agréable.

Mercredi 20

Notre première tentative pour réparer l’annexe échoue. Toujours pas de solution pour le gaz. Fait chaud…

La liste

Samedi 9 janvier

Le voilier nous rapporte notre foc dont il a recousu la bordure. Une chose de plus en moins à faire !!! (Oh la la !)

Mardi 12

D e 6 h à midi, belle promenade à l’ombre des arbres géants. Nous cherchons une cascade réputée pour sa grande beauté, mais la saison est sèche et la belle est fluette. Un peu déçus, nous obliquons pour contourner la mangrove et pointer notre nez sur la plage Cacao. Nous repérons les lieux pour revenir ultérieurement nettoyer la coque avant le grand départ. Retour peinard en bateau-taxi.

Jeudi 14

Après une longue cogitation et quelques essais, nous fabriquons une toile antiroulis pour la couchette du carré. Les chinois de l’atelier de couture local nous facilitent la tâche.

Vendredi 15

Il pleut tous les soirs à la tombée du jour. Des aras écarlates passent en couple au dessus de nos têtes. Toujours de nouveaux canadiens qui vont et viennent.

Samedi 16

Gil s’attaque au filtre à eau du moteur qui est mal placé pour la vidange. Quelques litres de sueur plus tard le problème est résolu. Il est fort mon Gilou !

 

Le parc sylvestre de Golfito

Vendredi 8 février

Pour la troisième fois ; lever 5 h, départ 6 h pour la balade. Un large chemin carrossable s’élève sans répit dans le parc sylvestre de Golfito. (28 % des terres de Costa Rica sont des réserves). Même à cette heure-ci et à l’ombre des grands arbres, nous suons abondamment. Première halte pour observer les singes écureuils qui, éclairs roux, bondissent au dessus de nos têtes. Nous guettons un moment  un toucan taquin qui nous nargue du haut de son perchoir. Les cigales saturent l’air de leurs stridences, accompagnées de cris d’oiseaux inconnus. Un pic noir s’envole, un écureuil passe, les morphos zèbrent l’air de leurs vols azurés, la vue sur la baie est grandiose. Un chien en mal de compagnie nous suit. Il nous faut 4 h pour atteindre enfin les pylônes, but de notre excursion. Pour redescendre nous choisissons un raccourci qui dégringole (et moi aussi !) vers le village. Il a plu la veille, la sente est glissante et raide, le bâton s’impose, mais là, nous sommes vraiment en pleine forêt. Ces six heures de balade nous ont bien fatigués, sieste au bateau pour récupérer.

Quelle ambiance !

Dimanche 3 février

Nous devions partir en rando avec Catherine et René mais la pluie a brisé notre élan. A la place je fais de la confiture de mangues et laisse un petit souvenir de notre passage sur le mur déjà bien garni de la marina. Daniel et le guitariste sont partis à San Rosé pour essayer d’avoir un nouveau passeport, mais le moral était bas, je ne sais pas si ils reviendront. Ce soir apéro entre français sur Jiloumé.

Lundi 4

Levé à 5h pour notre randonnée. Mais nos amis, pendant qu’ils buvaient un coup chez nous hier au soir, se sont fait cambrioler. Le gros cadenas qui fermait l’entrée du bateau a été coupé, la V H F a disparu ainsi qu’un ordinateur, le G P S, le pilote automatique, et j’en passe. Les voleurs ont filé quand ils ont vu nos amis arriver. C’est la consternation ! La police vient sur place pour prendre la déposition et promet deux détectives pour demain. Le barbecue est annulé, tout le monde voulant être à bord à la tombée du jour. 

Mardi 5

La police scientifique est venue relever les empruntes des voleurs et celles de Catherine et René. Nous  apprenons que les propriétaires de la marina se sont fait cambrioler il y a 3 jours et leur voisins aussi.  On nous avait prévenus ! Plus personne n’ose sortir le soir…J’ai trouvé sous l’évier un énorme cafard bien dodu. Je l’ai aussitôt Baygoné mais il s’est enfui sous le plancher. Nous démontons donc les fonds pour trouver le cadavre et nettoyer. Ce n’est pas une mince affaire mais cela nous permet de mettre une nouvelle croix sur la liste.

Une grande liste

Mercredi 30 janvier Nous avons fait une grande liste de ce qui nous reste à faire avant le départ. Motivés pour mettre des croix devant les lignes nous démontons les winches qui n’ont jamais été révisés et passons au WD40 tous les points de rouille. Gros boulot… Jeudi 31 Parmi tous les vieux canadiens et américains qui gravitent autour de la marina il est un jeune québécois bien sympathique. Nous l’invitons à l’apéro et passons un bon moment. Il s’appelle Daniel. Vendredi 1° février J’ai retrouvé All, le gecko, mort ce matin. Il a du succomber à une overdose de WD40. Gil est tout triste… Un nouveau canadien s’est rajouté au groupe, il va partir sur le même bateau que Daniel. C’est un gratteur de guitare à la voix chaude, nous l’écoutons avec plaisir. Un voilier jaune nommé Io est également ancré devant la marina. C’est un couple de français (Catherine et René) rencontré au Panama. Comme ils nous ont suivis sur le blog, ils ont évité Pédrégal et sa rivière infernale. Nous sommes contents de les retrouver, nous allons dans la même direction. Samedi 2 Petit drame à la marina. Pendant qu’ils étaient à terre, le bateau canadien ancré un peu au large, a été cambriolé. Il était resté ouvert et les voleurs se sont largement servis. Nos amis ont perdu, entre autre, leurs papiers d’identité et la guitare. C’est moche…