octobre 2014

Au plaisir de vous revoir, interruption du blog jusqu'à fin avril.

Lundi 13 octobre

 Sur le chantier nous retrouvons le bateau Teva, dont le capitaine nous offre (grand merci !) deux baguettes toutes fraiches, et l’ami Pépito de Bora.

Mercredi 15

Nous affrontons vagues et vent, en annexe, pour porter notre lazi bag à réparer à la voilerie de la marina. Nous arrivons trempés et….oups, j’ai oublié de mettre un short ! Mon tee shirt est heureusement juste assez long pour cacher ma petite culotte. Je suis un peu gênée…

Jeudi 16

Retour de Gaston avec cap’taine Momo et un couple d’amis. Nous déjeunons ensemble.

Dimanche 19

 Dernière nuit sur l’eau, demain nous redeviendrons terriens.

Lundi 20

A 2h nous nous présentons au chantier et après une heure de réglage Jiloumé se retrouve à terre. A 16 h sa toilette est terminée. Le paysage est superbe vu de la haut avec Bora Bora qui se dessine au loin.

Mardi 21

 Plus le temps d’écrire ou de rêvasser, nous bossons dur et la pluie qui tombe toutes les heures ne nous arrange pas. Le linge ne veut pas sécher et la liste des travaux  s’accroit au lieu de diminuer. Je cesse donc d’écrire. Nous partirons de Raiatea jeudi 23  et de Papeete dimanche 26. Au plaisir de vous revoir, interruption du blog jusqu'à fin avril.

Pluie, puis pluie, puis re-pluie !

Mercredi 8 octobre

Entre deux ondées, nous sortons du lagon pour reprendre la passe Rautoanui et nous rapprocher ainsi du chantier. Quelques dauphins viennent nous font l’honneur d’une visite. Longue houle. Plaisir d’un paysage nouveau.

Jeudi 9

Pluie, puis pluie, puis re-pluie !  (A dire à voix haute 5 fois de suite sans lire)

Samedi 11

Le lagon est tranquille, nous partons en annexe au ravitaillement chez le chinois. Il était temps, les pâtes au petit déjeuné, ce n’est pas terrible ! (hein Emeric !)

Lundi 13

Dernières photos de poisson de la saison ! Nous voici sur un corps-mort juste en face du chantier. Nous commençons à dégréer le bateau. Ça sent le retour !!!

J’adore la pleine lune !

Lundi 6 octobre

Tour du motu à pied. De beaux arbres, quelques poules et des cahutes abandonnées. Un petit crachin grise le paysage, je pars seule en promenade sous marine. De retour, en sortant de l’eau, je me fais piquer par une bestiole (sans doute une abeille). Une demie heure plus tard je commence à me gratter le crane, puis le reste. Des boutons surgissent de partout puis se rejoignent en plaques. Je prépare sur la table tous les médicaments à la cortisone de notre pharmacie, je suis vraiment mal et me pommade de Locaid. Mais, la situation heureusement n’évolue pas plus. Nous en sommes quittes pour une belle frousse !

Mardi 7

Plus de boutons, juste un mal de crane tenace et une grosse fatigue. Ce matin, Delphine et son copain viennent nous voir en scooter des mers. Ils nous apportent la pompe à eau de mer que Tim avait commandée pour nous. C’est vraiment gentil ! Nous sommes contents de voir du monde, nous nous trouvons un peu seuls en ce moment. Gil passe l’après midi à essayer de refaire l’instalation, mais sans succès. Il est très déçu ! J’adore la pleine lune !

Peintures Joss 2014

Les rafales de vent dégringolant...

Vendredi 3

La navigation dans le lagon est tortueuse mais heureusement bien balisée. Nous voici près de la passe Toamaro, à l’abri de l’îlot du même nom. Rencontre avec une grosse raie léopard et un poisson-oiseau étrange. Il se déplace sur le fond de sable à l’aide des premiers rayons de ses nageoires pectorales, a un bec de canard et deux grandes ailes mouchetées. Il fait peut être partie de la famille des grondins. Quelqu'un peut il me le confirmer ?

Samedi 4 (je vous rattrape !

Mal dormi ! Les rafales de vent dégringolant des montagnes faisaient trembler le bateau. Heureusement, l’ancre n’a pas déraper d’un pouce car nous n’étions qu’à 2 m des récifs affleurant. Jiloumé à pris des allures de Choubaka. Toilettage pendant 2h, en essayant de suivre la coque qui fait des embardées sous l’assaut du vent. En fin de journée, nous trouvons, un peu plus loin, un endroit plus sûr pour passer la nuit.

Gil fait du pain !

Jeudi 25 septembre

Un peu plus loin, avec Gaston, côté récif. Ciel bleu, mer opalescente.

Vendredi 26

Momo part à Tahiti récupérer des amis. Nous restons seuls dans le vent furieux.

Samedi 27

Une accalmie nous permet d’aller jusqu’au motu nous dégourdir les palmes. Rencontre avec un couple de marseillais en voyage de noces, une famille de polynésiens venu ramasser des bénitiers, et un chien abandonné. Il parait que pour le jour de l’an, tous les habitants qui le peuvent, passent la nuit sur les motu à faire la bringue. L’ambiance doit être chaude !

Dimanche 28

Gil fait du pain, et moi une pizza avec le restant de pâte. Cela parait simple ! Une fois la pizza sortie du four, je constate que les pains n’ont toujours pas levé. Inutile de chercher plus loin, Gil a pris de la levure chimique au lieu de la levure de boulanger. De plus, il a oublié de saler. J’essaye de sauver la moitié de la pâte en rajoutant laborieusement, œufs, sucre, beurre, citrons et rhum, tout en priant que l’ensemble se transforme en gâteau. Résultats : Gil prétend qu’en croquant la pizza, il a l’impression de manger l’assiette avec. Trois repas seront nécessaires pour en venir à bout. Le gâteau, bien qu’assez indigeste,  garde un parfum de rhum qui aide à faire passer sa texture caoutchouteuse. Nous le tartinons de confiture ou de beurre de cacahouète pour le petit déjeuner, il va nous faire la semaine ! Le petit pain est resté…petit, mais dur. Gil le découpe à la machette. En le suçant longtemps, on arrive à l’avaler. Cette cuisine nous a occupée l’après midi, reste à tout nettoyer et...à digérer !

Lundi 29

Jolie promenade dans le corail. Des anémones de mer se balancent mollement en cachant leurs curieux poissons clowns, des bénitiers de toutes les couleurs nous envoient au passage des baisers, deux grosses porcelaines se cachent sous un rocher, un poisson coffre a mis sa livrée bouton d’or, un pointe noir vient nous rendre visite, une raie rase le sable en ondulant. Nous rentrons en tirant l’annexe derrière nous.

Mardi 30

Un voilier ancre pas trop loin de nous. Allons leur rendre visite en annexe. C’est un couple avec une petite fille blondinette. Ils vivent à Raiatea depuis de nombreuses années. Ils nous offrent un pamplemousse et des citrons. Nous levons l’ancre pour aller plus sud et  rencontrons quelques dauphins, naviguons jusqu’au motu Nao Nao. Très beau, mais tabu. Interdit donc d’y débarquer. Nos nouveaux copains nous rejoignent bientôt et nous passons une belle soirée ensemble. Je m’entraine dans mon rôle de grand-mère avec Maria qui va avoir 3 ans. C’est un plaisir. Amélie, sa maman, a confectionné une délicieuse pizza, elle !!!!!!

Mercredi 1° octobre

Avant de partir, Didier vient nous offrir 3 poissons qu’il vient de pêcher pour nous. Nous en sommes tout ému. Promenade sous marine l’après midi, fort courant.