Nos chemins se séparent

Lundi 21 janvier

Dernier déjeuné sur la colline. Promenade jusqu’à la ferme qui fournit en légume notre auberge végétarienne, puis dernier regard au volcan toujours couvert. Nous avons apprécié cet endroit simple et chaleureux et le quittons avec regret. Nos chemins se séparent maintenant. Violaine et Roland continuent vers Monte Verde tandis qu’il nous faut songer à rentrer au bateau. Le porte- monnaie s’est bien vidé mais, nul regret, cela en valait la peine. C’était intense, assez physique mais tellement sympathique ! Violaine, très attentionnée, est une parfaite organisatrice, nous l’avons suivie les yeux fermés, trop content de n’avoir pas de problème de logistique à régler. Roland a rajouté au voyage une touche de fraîcheur et de poésie. Tout était parfait ! Notre bus part à 1 h, plein comme un œuf. Nous somnolons dans ce cocon moite durant six heures. Nous traversons des plantations de caféiers et arrivons à la tombée du jour. Quel contraste ! Un jour plus tôt j’aurais parié que tous les Costa ricains vivaient correctement, mais ici la misère coure les rues. Un tas de gens sont allongés à même le sol sous des tas de chiffons, des prostituées sortent d’immeubles en ruine, c’est très très sale. Les visages sont fermés, ça fait un peu peur. Le taxi nous dépose devant l’auberge de jeunesse où nous avons retenu une chambre (qui ne l’est pas !). L’extérieur ressemble à une prison, nous le savions, mais l’intérieur aussi ! Pour 35 $ la nuit nous avons droit à une cellule avec juste une petite table, un lit, et une ampoule au plafond. Ambiance très moderne et minimaliste. Il n’y a qu’un drap et pas de serviette. Nous sommes un peu abattus. La musique du bar au dessus de nos tètes tambourine à nos oreilles, il fait froid, nous regrettons notre tente sur la colline.

Waou le grand luxe !!!

Coucou qui suis je????
 

Une mamy ???

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.