Four polynésien

Dimanche 26 janvier

Ce matin, préparation du four polynésien sous l’œil avide de la caméra. C’est Nini qui joue les stars. Tout nerveux qu’il est on dirait un film en accéléré. Il tapisse d’abord le trou de feuilles de palmier pour maintenir le sable puis comme pour tous les feux, dispose le papier, les cocos vides, le bois. Il entasse ensuite délicatement les pierres volcaniques de façon à former une pyramide. Il creuse, au vent, un passage pour avoir accès au papier et met le feu. 4 ou 5 h plus tard le four est prêt. Les aliments, dans une marmite, sont alors déposés sur les pierres brulantes, recouverts de feuilles vertes, d’une toile de jute trempée dans l’eau de mer puis de sable. 4 ou 5 h plus tard les aliments sont cuits…  L’après midi, le bateau australien est sorti de l’eau. La manœuvre nécessite une bonne heure et se passe sans problème. Tout le monde assiste à cet accouchement toujours un peu délicat mais mené avec dextérité… Le soir, nous sommes 14 à déguster le cochon, la chèvre et le poisson cru. Il y a même des gâteaux d’anniversaire pour l’australien qui fête ses 57 ans. Mais les gens d’ici ne sont pas des couche-tard et à 10 h chacun regagne sa couchette.

Waouh que de bons et beaux moments, j'ai hate de voir le repportage qu'ils tournent là bas, ça fera du bien de voir Apataki Carénage et tous ses occupants à la TV. J'ai eu un appel d'Alfred hier soir (mardi 28/1) pour prendre des news, ça m'a fait super plaisir, Apataki au bout du fil, trop bon !!!
Vous avez l'air au top vous aussi, continuez à nous faire rêver, le blog de Jiloumé c'est le paradis sur le net... Je vous  envoie un cyclone de gros bisous...

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.